Les produits du tabac aromatisés devraient être interdits partout

Déclaration de Sandra Mullin, première vice-présidente, Vital Strategies, un partenaire de STOP

(New York, 27 avril 2021) — Alors qu’un nombre croissant de pays envisagent d’interdire les produits du tabac aromatisés, les décideurs politiques doivent être attentifs aux tactiques de l’industrie du tabac, notamment aux ingérences qui retardent les progrès et aux nouveaux produits qu’elle est susceptible d’introduire afin de contourner les interdictions. Ces pays comprennent les États-Unis, où des groupes de consommateurs, de santé et de défense des droits de l’homme pressent la Food and Drug Administration (Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) d’interdire enfin les cigarettes mentholées, et la Nouvelle-Zélande, où les propositions de Smokefree Aotearoa 2025 incluent une interdiction des filtres, en partie pour prohiber les capsules (capsules aromatiques écrasables) placées à l’intérieur des filtres et les innovations en matière d’arômes.

Sandra Mullin a déclaré : « Certains fabricants de tabac tentent de persuader les décideurs politiques et le public qu’ils veulent réduire la consommation de cigarettes, mais leur approche en matière de cigarettes aromatisées en dit le contraire. La vérité est que l’industrie utilise une stratégie d’arômes pour séduire les femmes et les jeunes. Et aux États-Unis, les cigarettes mentholées (le menthol étant un additif qui rend les gens plus facilement dépendants) ont été destinées aux Noirs. Ce marketing des cigarettes aromatisées ne représente que des affaires pour l’industrie, qui continue à introduire de nouveaux produits aromatisés, à lutter contre les interdictions proposées et à contourner les interdictions existantes1.

Rien qu’aux États-Unis, les cigarettes mentholées pourraient avoir attiré plus de 10 millions de fumeurs supplémentaires et ralenti la diminution du taux de tabagisme de 2,6 %, entre 1980 et 2018. Les Noirs sont représentés de manière disproportionnée dans ces chiffres : environ 86 % des fumeurs noirs fument des cigarettes mentholées, contre moins de 29 % des fumeurs blancs. Cela contribue aux inégalités en matière de santé fondées sur la race et au décès de plus de 45 000 Noirs américains chaque année. À l’autre bout du monde, en Indonésie, 9 fumeurs sur 10 consomment des kreteks, des cigarettes aromatisées au clou de girofle, ce qui contribue aux taux élevés de tabagisme en Indonésie — parmi les pires au monde.

Dans de nombreux pays, l’industrie du tabac augmente la disponibilité et la variété des produits en capsules aromatiques3 et des “concepts” de cigarettes de marque dont les noms descriptifs suggèrent des propriétés de sensation ou de saveur afin d’accroître leur attrait4. Ces “concepts” de produits comprennent des sous-marques de certaines des marques de cigarettes les plus importantes et les plus connues au monde, appartenant à des entreprises qui prétendent vouloir réduire les dommages causés par le tabac.

L’interdiction du tabac aromatisé fait la différence : une étude canadienne a montré qu’après l’interdiction des produits dans sept provinces, plus d’un fumeur de cigarettes mentholées sur cinq a complètement arrêté de fumer. De nombreuses juridictions qui ont envisagé ou mis en œuvre une interdiction ont dû faire face à un lobbying intense5. Nous constatons que le lobbying de l’industrie du tabac s’intensifie aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande pour s’opposer à ces interdictions ; les décideurs politiques devront résister à ces efforts et chercher des moyens de dénoncer et de contrecarrer les tactiques et les produits de l’industrie.

Il est temps que les choses changent aux États-Unis et dans d’autres pays où les fabricants de tabac utilisent encore les arômes pour favoriser la dépendance et les dommages. Une interdiction totale des arômes est essentielle pour empêcher l’industrie d’utiliser des ingrédients, des arômes, des accessoires et des marques qui incitent les gens à fumer et à continuer de le faire. »


Informations supplémentaires :

  1. La directive européenne sur le tabac aromatisé fournit plusieurs exemples de la manière dont l’industrie du tabac peut contourner des interdictions qui ne sont pas totalement complètes. L’UE a toutefois interdit les arômes « caractérisants » :
    1. le menthol peut rendre le fait de fumer plus agréable même s’il ne peut être goûté ; l’industrie a introduit des produits à faible teneur en menthol.
    2. la réglementation ne s’appliquait qu’aux cigarettes et au tabac à rouler ; l’industrie a introduit des cigarillos au menthol.
    3. la réglementation ne s’étendait pas aux accessoires ; l’industrie a introduit des capsules que le fumeur ajoute lui-même.
  2. Le Health Service Executive (HSE) d’Irlande enquête sur les fabricants de tabac pour violation présumée de l’interdiction européenne, des rapports faisant état de tactiques similaires de l’industrie dans plusieurs pays de l’UE.
  3. Les produits à capsules aromatiques comprennent les cigarettes dont le filtre contient déjà des capsules aromatiques et les capsules que les consommateurs peuvent acheter pour les utiliser avec leurs cigarettes habituelles. Les cigarettes à capsules sont vendues dans plus de 67 pays, dont l’Argentine, le Chili, le Guatemala, le Mexique et le Pérou en Amérique centrale et du Sud et le Cambodge, l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et le Vietnam en Asie. Il s’agirait du segment du marché des cigarettes combustibles qui connaît la croissance la plus rapide et qui fait sensation auprès des jeunes en raison de la nature interactive du produit.
  4. Une analyse des « concepts » de cigarettes de marque au Mexique et aux États-Unis, y compris des sous-marques de certaines des marques de cigarettes les plus importantes et les plus connues au monde, appartenant à des sociétés qui prétendent vouloir réduire les méfaits du tabac, a révélé qu’il s’agissait de produits au menthol. Au Canada, les fabricants de tabac commercialisent même des cigarettes non aromatisées avec des « concepts » de noms descriptifs qui suggèrent des propriétés de sensation ou de saveur afin d’augmenter leur attrait.
  5. Le Canada, le Brésil, l’Éthiopie, la Moldavie, le Nigeria, le Sénégal, la Turquie, l’Union européenne, l’Ouganda et le Royaume-Uni ont tous été confrontés à un lobbying intense de la part des acteurs ayant des intérêts dans le tabac avant de promulguer l’interdiction des cigarettes mentholées. Philip Morris International a lancé un appel en vain contre l’interdiction des cigarettes mentholées dans l’Union européenne. Une recherche menée par les partenaires de STOP à l’Université de Bath allègue que les tactiques de l’industrie ont augmenté les ventes de menthol avant l’interdiction au Royaume-Uni.

Veuillez contacter le service de presse de STOP pour de plus amples informations ou pour parler à un porte-parole de STOP.


À propos de STOP (Stopping Tobacco Organizations and Products)

STOP est l’observatoire mondial de l’industrie du tabac dont la mission est la dénonciation des stratégies et tactiques de l’industrie du tabac qui portent atteinte à la santé publique. STOP est financé par Bloomberg Philanthropies, dans le cadre d’un partenariat entre le groupe de recherche sur la lutte antitabac de l’Université de Bath Le Global Center for Good Governance in Tobacco Control (GGTC), l’International Union Against Tuberculosis and Lung Disease (The Union) et Vital Strategies. Pour plus d’informations, veuillez visiter exposetobacco.org/francais.